no name games
contexte
Ta tête est lourde et tes yeux papillonnent. Brièvement, tu jettes un coup d'oeil à droite, puis à gauche. A la vue de la pièce circulaire dans laquelle tu te trouves, précisément au centre, tes sourcils se froncent. L'endroit te serait-il inconnu ? Tu n'as pas le temps de te poser la question que déjà, une voix résonne dans la pièce, brisant tes vaines tentatives d'orientation.

« Bienvenue sur No Name et puisses-tu devenir le plus célèbre. »

12.03.2017 Première maj de nng et lancement du premier event' ! ici
news
joshua ☆ dispo
mp
piper ☆ dispo
mp
clyde ☆ dispo
mp
predef


run run run and run away (soufie)

avatar


Messages : 69
age : vingt-deux.
ft : lance - voltron.
lieu d'habitation : fengari.
présentation : www
Mer 11 Jan - 0:41
run run run
and run away
(soufiane)
Alors Kewain, le réveil était dur le matin, t’as tellement cru que tu devais taffer,
Finalement non, t’as carrément oublié que Soufie, ton ami le plus cher, il a prévu un truc avec toi et pas n’importe quoi.
Mais quand tu penses à pas n’importe quoi t’es persuadé que c’est vraiment,
N’importe quoi.
Puis tu te dis, putain dans quoi j’suis encore embarqué sérieux ?? Et t’as déjà envie de dire, de siffler entre tes dents, les lèvres pincées.
(J’me casse.)
Ouais mais non, pas avec Soufie, là t’as clairement pas envie de dire non. Parce que c’est Soufie.
(Tu connais la suite.)
Il t’a clairement proposé un entrainement intensif, tôt dans la matinée, baskets addidas à vos pieds, sapé en jogging mais pas de marque parce que les autres addidas sont dans la corbeille à linges pas propres, qui empestent la transpiration, la corbeille qui déborde, parce que vous en avez rien à foutre.
Puis stop un peu les placements de produits. Vous êtes pas des youtubers quand même, les gars.
Mais Kewain, t’es tellement une merde, que même lacer des chaussures c’est déjà d’un niveau supérieur pour toi,
Alors ton pote Soufie t’as attendu, attendu… encore et encore.
Putain le pauvre, c’est tellement chiant de patienter pour toi.

Après cet exploit du jour et les échauffements effectués comme des pros – enfin clairement pas pour toi Kewain, c’était plus une blague qu’autre chose,
Vous vous en allez en courant, un petit footing entre potos de la mif.
Soufie devant toi, parce que t’es quand même vraiment plus lent que lui et tu t’en rends compte avec le temps qui passe, à essayer de le rattraper, tes yeux perdus devant toi et lui qui s’éloigne un peu plus parce que t’es qu’une grosse,
Limace sans endurance, sans vitesse,
Ton souffle est tellement irrégulier que tu commences à crier comme une fille avec ton petit point de côté, il faut apprendre à avoir le bon rythme de respiration, mais ça tu connais pas, c’est vraiment pas ton kiff, t’as envie de laisser tomber de stopper net,
La sueur de ton front dégouline de partout, sur tes tempes, celle de tes cheveux humidifie ta nuque,
Et n’en parlant pas du reste, t’as de belles auréoles sous les aisselles,
Tes pieds, un à un s’avancent, tu entends le bruit de la mer et la brise marine te caresser les oreilles.
Tes semelles s’enfoncent dans le sable mouillé, tu trébuches sur ton lacet défait,
Ton visage atterrit dans la dune froide, tu lâches un cri de détresse honteux car pour toi il est temps,
(D’abandonner.)

Tes lèvres recouvertes de sables, ta tête se lève et ta grimace illustre si bien ta rage d’en finir tout de suite, maintenant,
Au revoir.
Tu recraches le sable que tu as maladroitement et malheureusement manger puis tu tousses, tes poumons te font si mal avec cette course qui n’a tellement pas de sens pour ton cerveau pas développé.
Tu veux qu’on arrête de te traiter comme une merde, pourtant, tu peux (veux) même pas aller aux bouts des choses.

- PUTAIN MAIS… PEUH !! NIQUE SA MERE LE SABLE !!

Tu plaques contre ta bouche endoloris, le bas de ton haut pour retirer le sable qui te dégoute de cette matinée,
En folie.

- c’bon, ça m’soûle ! J’suis incapable de courir aussi vite qu’toi
et j’tombe comme une grosse merde,
J’en peux plus là j’me…


T’allais dire « j’me tire » parce que « j’me casse » tu l’as trop souvent dit,
Sauf qu’en croisant le regard de Soufie, tu perds le fils de tes paroles impulsives et finis par te remettre (un tout petit peu ),
En question.
Parce que là t’es en face de lui, c’est encore pire d’être le bouffon à côté de Soufie alias musclor boy,
Aussi ton vrai pote, alors essaye de rendre hommage à ses muscles.
Ou peut-être bien, plus.
(Attirer l’attention.)
avatar


Messages : 74
ft : keith // voltron
lieu d'habitation : Fengari
présentation : wesh
Mer 11 Jan - 21:31
run run run and run away

Le jogging matinal c’est un rituel, et qui dit rituel dit sacré et le jour du seigneur c’est dimanche DONC on invite kewain. Parce que Kewain c’est un vrai selon toi, les vrais refusent jamais un jogging et même lorsqu'un vrai se pointe en retard à l'entraînement… tu te dis qu’on est pas à l’armée et tu te préfères te contenter de sa présence, comme on dit ; c’est l’intention qui compte. Il se pointe, tu lui lâche un sourire et tu mates son jogging. Un vrai de vrai.
sans plus de compliment sur son jogging de bg vous commencez les échauffements, pour toi c’est d’une facilité aussi rapide qu’une routine, un allé simple pour la forme pour une bonne journée. Ta confiance en Kewain est immense et tu penses surtout qu’il peut survivre à ça si bien que tu en oublies de le regarder.

un pied sur la ligne de départ et tu pars, très vite
tu le dépasses il est loin mais tu respires, tu sens l’air marin et ça te fais du bien. Le sable dans tes baskets qui remonte jusqu’à tes chaussettes ; c’est sans doute pas le meilleur endroit où faire un jogging mais la vie il faut savoir l’affronter. Même le sable.
Tu te retournes interpellé par les cris ; le sable est un ennemi plus dangereux pour certains. Demi tour et tu cours aussitôt le voir. La rage sur son visage, la vraie rage - pas celle de deux potes un peu trop remonté - non là tu te sens un peu mal pour lui. T’aimes pas les clichés (même si t’en es un) mais parfois tu te dis (qu’il en est un aussi) ; le pire gars de la pire équipe. Non, ça peut pas être lui le pire. Le déni, en un geste tu le saisis par le col mais surtout par l’épaule et tu lui parles.

- écoute le sable c’est un batard fais pas gaffe à lui allez viens.

une tape dans le dos maintenant, un peu de sable part au contact de ta paume sur lui.

- ‘scuse frère j’suis parti en sprint j’ai cru on faisait une course.

Et tu dirais tout pour le rassurer, tu sais que son cas est pas désespéré. Faut juste qu’il arrête de vouloir se casser mais pour ça, tu t’inquiètes et t’es au taquet lorsqu’il s’agit de le rattraper, tu serais prêt à lui courir après.
Tu reprends ton souffle. une courte pause et et tu l'observes à songeant à l'entrainement, ça ne peut pas se finir comme ça alors tu lui proposes autre chose.

- vas-y l'endurence ça m'saoule aussi. T'es chaud pour une série de pompe ?

Toi oui, t'es même brûlant prêt à saisir le sable de tes mains - déjà au sol avec la détermination ; t'aimerais lui partager tes émotions mais comme d'hab', tu montres tes muscles
(t'es pas un poète).  

avatar


Messages : 69
age : vingt-deux.
ft : lance - voltron.
lieu d'habitation : fengari.
présentation : www
Lun 16 Jan - 23:10
run run run
and run away
(soufiane)
Tu voudrais tellement te débarrasser de ses grains de sables qui te brûlent le blanc des yeux,
Et qui n’empêche aucunes larmes de couler, mais tu trouveras l’excuse que c’est identique à,
Une simple poussière dans le coin de l’œil ou l’odeur forte d’un oignon que l’on coupe pour la cuisine.
Mais  Kewain, toi tu n’as jamais vraiment cuisiné de ta vie, alors l’argument est pauvre, si pauvre,
Un peu comme,
Toi, le type qui s’apprêtait à abandonner son meilleur pote, tel un lâche sans aucune once de courage,
Et le courage, tu connais si peu, si peu que tu enterres la vérité sur ton être. Tu juges ta propre réalité.
C’est pour cette raison que lors qu’il t’attrape le col, tu veux crier stop, tu veux ignorer la distance si proche puis le battement intense que subit ton cœur.
Ses doigts qui s’appuient contre ton épaule, tu l’évites et ton regard l’esquive aussi en fixant le point vide devant toi.
Parce que Soufie se veut rassurant avec toi, Soufie veut juste que tu arrêtes de tourner le dos,
Que le monde arrête de te voir cacher, de voir le côté ennuyant de toi.
Tu pourrais un jour réussir à l’impressionner sauf que tu renies la simple idée d’impressionner un ami,
(Pas n'importe lequel.)
Et tu caches tout, tu dissimules encore, tu expulses un souffle sec dans l’air, pas du tout prêt à la suite qu’il pourrait bien te proposer.

-Ouais ouais, une course, putain j’ai vraiment la gueule à faire un sprint à cette heure là du mat’ !

Tu respires, change ton oxygène, tu sens les picotements, l’oppression de tes poumons,
Le goût de fer étrange de ta bouche,
Qui rappelle les fois où tu te blesses lamentablement la main avec une feuille, tu trouves la seul solution pour te soigner de mettre le doigt dans la bouche en couinant putain saleté de papier.
Ton regard perdu retrouve le chemin vers la direction du visage de Soufiane.
Sa proposition te tique un rictus pas rassuré.

-Une série de pompes… ?
Ouais.
Mais genre, combien de pompes ?


Ton faux sourire se fond en une moue triste, les sourcils mi-froncés, mi-baissés.
T’es pas dans ton environnement.
Surtout lorsqu’il vante ses muscles devant toi, tu n’as plus l’impression, tu as la nette conviction,
Que t’es le pire des pires.
avatar


Messages : 74
ft : keith // voltron
lieu d'habitation : Fengari
présentation : wesh
Ven 20 Jan - 22:04
run run run and run away

lorsque tu aperçois son air son faux sourire tu te demande si t’es pas un faux ami. Tu t’interroges tu sais pas vraiment tu le fais plus souffrir ou si tes efforts aideront un jour des types comme Kewain à se remettre sur leur deux pieds ; avancer, marcher courir au loin (sans même se retourner vers toi). et là maintenant tu te demandes même pourquoi tu as proposé ça ((c’est quoi ton but soufiane ?)) - puisque tu aimes ton meilleur pote comme il est, à quoi bon le trainer dans le sable et l’eau salée pour le changer ? Puis tu entends les rires perdu dans tes pensées, tu sais qu’on se moque de ton pote et ça tu peux pas l’accepter.
Si tu pouvais tu cracherais,
plus d’une fois
sur leur gueules. Mais tu peux pas. Le mieux que tu puisses faire c’est convaincre Kewain qu’il est meilleur que ces losers.  J’sais pas moi. 15 ça te va ? ce chiffre qui représente rien car pour toi c’est de l’échauffement, t’aurais pu en donner 30 comme 50 - peu importe. Tu t’y mets comme si tu lui montrais - sur tes deux bras - à quel point c’est facile. Tu commences doucement mais pour toi 15 ça va vite, comme 15 secondes seulement au bout de la cinquième, un craquement se fait entendre. ((putain de sable))
au sol et tu te relèves pas, faisant semblant d’avoir mal tu t’accroches à ton bras robotisé comme si on te l’avait coupé. Toujours dans l’abus même lorsque tu simules une crampe.
Une série de pompe … sûrement pas l’idée de l’année, là tout de suite tu regrettes. La tête dans le sable sourcils froncés tu jettes un regard sur celui qui t’obsèdes. T’es là pour lui, lui prouver ce qu’il vaut et surtout…
s’entraîner. c’est ça le plus beau,
le plus beau ce serait vivre dans un bras robot.
Attirer l’attention c’est ta peur au quotidien ; alors tu souris comme si de rien n’était - tu observes (tes yeux dans les siens). j’ai besoin d’un break kéké. Mais j’te regarde vas-y. La confiance dans tes yeux, tu gardes espoir et tu espères que ton pote aussi.  

avatar


Messages : 69
age : vingt-deux.
ft : lance - voltron.
lieu d'habitation : fengari.
présentation : www
Sam 28 Jan - 1:37
run run run
and run away
(soufiane)
Kewain t’appréhendes un peu,
(Beaucoup.)
Le nombre de pompes que tu devras faire, si tu as encore du courage, mais actuellement t’as un sentiment tellement profond d’infériorité qui te tue petit à petit,
Tu imagines un peu comment tu vas te ridiculiser devant Soufie, Soufie le pro de l’entrainement, des abdos, des étirements, du sprint et t’es peut-être incapable de tout citer.
Voilà qu’il te répond quinze, et comme un idiot tu comptes dans ta tête,
Pour être sûr de la quantité,
T’as pas l’air d’être rassurer et tu réponds un ouais sec, un peu étouffé, que tu mens ainsi, juste pour éviter de vexer ton meilleur ami,
Ça serait trop demander d’être honnête, non t’as juste pas les couilles de dire la vérité, de peur de le contrarier lui,
Ça te ferait peut-être plus de mal qu’à toi, qu’à lui.
Alors tu regardes sa démonstration, t’es un peu perdu parce que t’as l’impression qu’il en a fait plus que quinze, et là tu réalises que pour toi quinze,
C’est beaucoup trop.
Ça t’angoisse un peu, t’as les yeux fixés sur lui, en admiration,

Et tu le sens oui, tu le sens,
(Le cœur qui bat à cent à l’heure.)
Tu clignes des yeux pour retrouver conscience, perdu par tes sentiments que tu renies, que tu caches.
Un craquement inquiétant et curieux.
Ce bruit que t’as entendu n’a rien de normal et là tu remarques que Soufie semble mal.

- Hey mec, ça va ??

Kewain tu paniques bêtement, parce que tu sais que dans le fond, Soufiane c’est un mec fort, pas comme toi, non lui c’est pas une victime,
Il est bien trop parfait pour se plaindre d’une douleur, pourtant t’es naïvement inquiet, alors tu t’approches et vos yeux se croisent,
Ton souffle se coupe,
Tes pommettes roses auraient pu attirer l’attention, mais tu baisses ton visage.

- Ouais repose toi, j’vais les faire tes pompes.
J’vais tellement bien les faire que je ferais plus de quinze.
Matte ça mec.


Tu parles vraiment trop vite, parce que oui t’es déterminé là, tu veux te motiver, mais ça va pas durer, tu le sais, mais t’as envie de faire genre que tu peux, genre qu’un miracle va se produire,
Faut arrêter de croire au père noël un peu Kewain.
Tu t’élances sur le sable pour effectuer une pompe, tu serres bien des dents, toi ça te prend pas une seconde mais bien le triple, ton corps de faible tremble,
Tu achèves t’as deuxième d’une façon un peu misérable en bouffant au passage du sable puis là tu te rends compte que la troisième ça commence vraiment à être,
Compliqué,
Tellement qu’à la cinquième (ouah tu as fait au moins la quatrième, tu devrais être fière), ton corps entier s’enfonce d’un coup dans le sable.
Ça sent la mer,
Tu tournes ta tête vers lui d’un air à la fois vénère et désespéré.

- J’peux avoir mon break moi aussi ??

Tu te redresses,
Déçu, de toi, de tout ça, de tous les échecs que tu enchaines.

- Putain, écoute si ça se trouve, c’pas mon truc le sport,
J’ai peut-être un talent caché pour j’sais pas, j’suis peut-être trop teubé pour savoir quoi. Mais pas le sport en tout cas.
Donc j’laisse béton.


Tu retires le sable de tes vêtements et ton visage, avec ta plus belle grimace. Tu n’oses même plus croiser le regard de ton ami,
Parce que,
(t’es pas fier du tout.)
avatar


Messages : 74
ft : keith // voltron
lieu d'habitation : Fengari
présentation : wesh
Mer 1 Fév - 21:10
run run run and run away

vas-y kewain tu peux le faire ((fais moi ce plaisir))
ça te ferait plaisir qu’il réussisse et ça ferait surtout du bien à son estime, dieu sait qu’il en a besoin. Et toi le premier, par dessus tout par dessus dieu. Toi Soufiane qui a tendance à te penser au dessus de tout ; tu es mieux placé pour savoir quand ton pote va mal,
et quand il te fais de la peine.
alors tu t’en veux de poser ce regard inquiet sur lui (tu le méprises ?)
jamais de la vie.
Dans tous les cas, lorsque tu le vois échouer tu te doutes de sa déception de sa rage, lui qui contrôle rarement sa colère - et t’aimerais être assez fort pour le réconforter. ((et tu le sera peut être jamais assez))
tu le regardes tomber,
un soupir, un léger rire et tu lui accorde son break en le regardant droit dans les yeux, levant ton pouce vers le ciel. Mieux vaut le prendre à la légère comme toujours.
Oh heu, je vois. Toi aussi tu détournes le regard, ses mots te transperce, bordel, comment il fait pour pas aimer le sport ? un mec qui porte si bien le jogging… du gâchis. Sa main remue le sable, hésitant. Ne sachant pas quoi répondre il ne veut pas non plus faire durer ce blanc super malaisant.
Tu sais quoi, ça s’trouve t’es une tête kewain. ouais c’est évident, si t’es pas fort en sport t’es fort dans autre chose chepa. Tu sais moi j’m’en souviens pas mais j’ai la conviction que j’étais une merde partout sauf en sport à l’école.
Tu passes ta tête entre tes mains, la gêne est encore pire maintenant que tu parles pour rien dire. Mais puisque tu es lancé, tu comptes pas t’arrêter là.
Je… sais pas toi mais moi ça me stresse parfois de rien savoir. J’ai l’impression que j’aurai pu être une superstar au lieu d’un éboueur. Tes yeux se détournent du sable et viennent rejoindre ceux de ton pote, bloqué dans son regard (tu divagues) Toi et moi on devrait former un putain de duo de rap. Ou bien ptet que tu sais chanter ? j’te passe le mic’ quand tu veux Keke. Moi j’t’aiderai à le trouver ton talent caché.
Dans tes belles paroles tu risques de te perdre à rêver,
mais y a lui à tes côtés pour te réveiller lorsqu'il voit que tu dors debout. 

avatar


Messages : 69
age : vingt-deux.
ft : lance - voltron.
lieu d'habitation : fengari.
présentation : www
Jeu 2 Fév - 23:36
run run run
and run away
(soufiane)
Le regard perdu dans cette étendue de sable beige,
Tu as honte. Tu te dis que tu aurais pu très bien aller jusqu’au bout de tes forces, mais c’est dommage pour toi,
T’as rien dans tes muscles et quoi que tu puisses faire, ça sera toujours un putain d’échec.
Alors Soufiane aura beau essayer de te consoler sur cette faiblesse, tu cacheras ta honte, tes hontes après tout, c’est toi tout entier qui te répugnes.
Sauf que tu ne le montreras à aucun moment, même si certains gestes mécaniques sont si simples à démasquer, ton regard qui cherche toujours le vide, ta main qui passe sans cesse contre ta nuque, ce sourire niais, confus, parfois excessif.  
Tu t’es assis tranquillement sur le sable en remarquant une gêne prononcée dans tes baskets de marques. Les grains dans tes godasses, tu kiffes pas du tout, alors tu les retires pour tout enlever et au final tu te rends compte que c’que t’as fait n’a strictement rien servit vu que t’es toujours en plein milieu de cette plage.
Alors autant rester en chaussettes pour le moment.
Entendre ton pote soupirer et rire ainsi ça prouve bien qu’il pourrait en avoir marre de toi, mais c’est rien, t’es habitué à bien pire,
Bien du monde t’insulte certes.
Mais t’es encore plus mauvais avec toi-même.

Ce silence est dérangeant.
Tu penses encore avoir fait de la merde entre vous deux et finalement Soufie est là pour te dire ce que tu as toujours rêvé d’entendre, dans le fond.

- Wesh ! Moi une tête ??
Déconne pas, tout l’monde me dit que j’suis que j’ai zéro de qi.

(Murmure.) … au fait tu sais ce que ça veut dire qi ?

T’essayes de t’approcher de ton bro à quatre pattes dans le sable, les genoux bien enfoncés, t’arrives même à trébucher sans être débout.
T’en ris un peu puis le voilà qu’il se l’a joue comme toi, comme un faible.

- Mais tg, t’es pas une merde !!
Dis pas ça devant moi, même si on se souvient d’rien j’suis sûr que t’étais un intello.
Genre grave.
1+1=2, 2x2=4.

(Tu t'étonnes toi-même d'avoir dit ça.)
Un vrai nerd !!
(Murmure.) Mais sans les lunettes par contre…

Tu te redresses et tu parviens à ses côtés.
Et Kewain, tu t’attendais vraiment pas à ce qu’il évoque un tel sujet,
Votre métier d’éboueur c’était un peu votre premier lien de complicité, c’est grâce à ça que vous êtes si proches. Alors parler d’être des superstars… ? Kewain est un peu secoué.
Et le regard de Soufie s’emprisonne dans le tien.
Me regarde pas comme ça putain.
Même si tu l’as pensé,
y’a une petite flamme de détermination qui s’est réveillé en toi. Il doit clairement le voir, ce sourire là, que tu fais jusqu’aux oreilles.

- UN DUO ENSEMBLE ??
Putain Soufie, c’est l’idée du siècle !!!
Genre on sera…


La main levée vers le ciel et le bras libre qui entoure ton coéquipier à ta gauche.
(Tu en oublies la honte.)

- …KEKE ET SOUFIE !!
Les plus beau bg de no name…
Et si tu dis que j’ai du skill, alors ouais mec, j’suis peut-être fait pour ça !!


(En vrai t’es tellement pas…
Sûr de toi.)

- Et mec, j’suis sûr qu’avec not’ p’tit projet là.
On aura tellement du respect des gens.
Genre moi on me respectera enfin !! Et on pourra porter des fringues marques tous les jours mon gars !!!
Et toi, peut-être que t’arrivera à pécho une meuf ???


Ton coude bouscule l’épaule de Soufie avec la plus ridicule des forces.
Tes yeux recroisent les siens et là tu fermes enfin ta gueule, un blanc encore plus lourd à supporter.
Parce que tu sais très bien c’qui se passe dans ta tête.
Actuellement.
(Surtout dans ton cœur.)
avatar


Messages : 74
ft : keith // voltron
lieu d'habitation : Fengari
présentation : wesh
Jeu 9 Fév - 17:41
run run run and run away

tu lâche un rire dès qu’il te parle, lui c’est clair il devrait être comique. Le problème c’est qu’il est drôle que pour toi sans doute, et tu t’en rend pas compte comme aveuglé (ton regard qui cherche le sien)
un peu perdu dans tes pensées tu repenses aux maths à tous les trucs intellectuels que t’as jamais testé. Faut dire que ça t’es jamais venu à l’esprit toutes ses conneries. Avec Kewain, l’appart, le job ((le rêve)) plus t’y penses plus tu te dis que t’aurais été mal sans lui, sans le rencontrer et si vos chemins s’étaient pas croisés…
t’y penses et plus t’y penses plus l’horizon devient flou.
les questions profondes c’est pas ton truc.

ça va attirer les haineux mais on aura plus de hype que de haine tékaté fraté.

rire léger (pensées occupées) rêveur sur la plage allongé près de ton pote préféré. Les questions sur l’origines et tes putain d’origines te font mal au crânes. Alors tu dessines de nouveau horizons dans ton imagination.
Et puisse les vagues t’emporter loin d’ici,
te noyer
ou te transporter
((sur une île où les gens font pas chier))
t’imagines, que quand la célébrité te sera monté à la tête, quand même tes chevilles te soutiendrons plus t’auras besoin d’un break. Et dans tes rêves, tu prend une pose mais tu t’imagines même pas sans ton pote,
si bien que tu lui dit tout ce qui te passe par la tête

Tu sais ce dont j’ai encore plus envie là ? me barrer d’ici avec toi. Viens on part par la mer là.

pointant du doigt l’étendue d’eau face à toi, tu te redresses, lui adresse une tape dans le dos.  

t’sais nager au moins ???

sourire idiot au coin des lèvres,
t'étais sérieux jusqu'à cette dernière phrase.

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: