no name games
contexte
Ta tête est lourde et tes yeux papillonnent. Brièvement, tu jettes un coup d'oeil à droite, puis à gauche. A la vue de la pièce circulaire dans laquelle tu te trouves, précisément au centre, tes sourcils se froncent. L'endroit te serait-il inconnu ? Tu n'as pas le temps de te poser la question que déjà, une voix résonne dans la pièce, brisant tes vaines tentatives d'orientation.

« Bienvenue sur No Name et puisses-tu devenir le plus célèbre. »

12.03.2017 Première maj de nng et lancement du premier event' ! ici
news
joshua ☆ dispo
mp
piper ☆ dispo
mp
clyde ☆ dispo
mp
predef


/crux desperationis: "mon latin dans ta gueule." ▬ .xo

avatar
Messages : 11
age : quatorze
ft : unknown artist
lieu d'habitation : dtc (la politesse mdr)
Ven 27 Jan - 11:29

jan saw

surnom : .xo
âge : 14 (elle pense.)(c'est raisonnable.)
genre : si j'étais taquin je dirai "cis" mais je suis sérieuse donc f
groupe :  ilios
situation financière : aléatoirement stable????
situation maritale : none/
lieu d'habitation : obéron
métier : somelière de thé
avatar : inconnu je prends des trucs randoms avec les cheveux courts et légèrement artsy tmtc
particularité physique : une coupe courte se coincer la dernière phalange du petit doigt dans une portière de voiture, ça fait un ongle noir
sur no name depuis : six mois



secret : on a dit "amour, paix et tolérance", pas transphobie et surtout racisme inversé

LE CARACTERE

Larguée.

Ca, c'est ce qu'elle est. Indubitablement.

Assurée.

Ca, c'est ce qu'elle essaie de faire croire.

De un parce qu'elle est trop fière, de deux parce qu'elle sent que sinon, elle va se casser la binette. Fermement et violemment.

"Fake it till you make it." - Elle ne sait plus trop où elle a lu cette phrase mais elle s'y cramponne. Comme à une bouée de sauvetage.

Parce qu'au fond, elle n'est pas si grande, pas si mature, et que la vie, c'est souvent une pute quand on a l'âge de se prendre pour un adulte alors qu'on a encore tant à apprendre, et de noeuds à ne pas savoir encore comment se dés-emmêler l'esprit, et les trente-six mille questions sensibles qui impliquent désespérément le besoin d'un guide accompli.




LE PHYSIQUE

.xo, le regard ne se fixe pas sur elle. C'est cette fille-enfant, vous voyez? Ou pas vraiment. C'est cette fille-enfant qui disparaît, au coin de l'oeil, au détour d'un feu, dans l'angle de la rue que vous n'aviez pas remarqué avant. Et quand vous vous retournez, c'est déjà trop tard, elle est partie, en laissant imprimé sur la rétine, l'image fugace de sa chevelure courte et de son cou fluet. On dirait un courant d'air. C'est un morceau de vent.

Parfois, si on se concentre suffisamment, elle se laisse prendre dans le champ de vision, là, juste sous votre nez. Elle lève les yeux sans rien dire, avec ce mélange de force, de détermination, et de cruauté violente et lascive qu'on n'attend pas pour son âge.

C'est ce qui frappe en premier, d'ailleurs. Son âge. Elle a 14 ans. 14 ans et une rage dure qui pulse sous sa peau trop blanche, son ossature trop fine. "Mange un peu", qu'on lui dit. "Mange un peu et ne reste pas debout immobile, bras ballants avec cet air effronté." On a envie de lui balancer ça à la figure, .xo, parce qu'elle fait peur, comme tous les gosses dehors qui se croient au dessus de tout. Elle fait peur parce qu'elle ne devrait pas être là, cette gamine paumée dans un jeu d'adultes sordide.

Et pourtant elle ne bouge pas.

Plantée sous le nez d'un passant, elle toise. Il y a comme une lueur de défi, dans ses prunelles claires, qui vous pousse à détourner les yeux, un flou, une absence, dans un mouvement de protection, la mémoire balaie le souvenir et ses traits s'estompent. Elle ressemblait à quoi, encore, cette petite ? On invente sa trace.

Parce que là où .xo s'est présentée, elle a effacé derrière elle son empreinte et seul flotte, suspendu au dessus de ses talons, son fantôme flou. J'ai été.

Elle s'inscrit dans la vie des gens comme ça. Elle les a hanté.
On trouve la signature qu'on peut, après tout.

"- J'ai peur.

- Peur de quoi?

- Je ne sais pas, Docteur. Parfois, je doute que j'existe."


Elle a dit ça dans un souffle de voix, un filet tantôt absent, tantôt adressé à elle-même, tantôt supplication. Pour la première fois depuis le début de leurs séances, la patiente qu'il a devant lui semble faire craquer sa carapace, émet un doute, elle qui - il aurait fini par y croire dur comme fer - paraissait pouvoir s'accommoder de n'importe quelle faille comme d'une armure solide. Alors il se détache de son carnet de note et la détaille par dessus ses lunettes.

"- Jan."

Il essaie d'attirer son attention. Elle arrête de tordre ses mains, des mains pâles aux jointures rougies à force de se craquer les articulations, et dont les ongles rongés contrastent avec des doigts fins, un peu noueux mais incontestablement habiles. Elle secoue la tête et derrière la mèche échevelée de son carré châtain, il observe ses orbites écarquillées par la fatigue et l'angoisse qu'elle ne cache plus, ou difficilement, qui le fixent en deux points gris pers. Il se dit qu'elle a vraiment l'air d'une ado, avant de se reprendre, parce que c'en est une, à peine sortie de l'enfance, son dos d'ordinaire si droit et fier, presque recroquevillant son corps frêle, si ce n'est malingre, qui se dessine sous ses vêtements amples.
Le médecin pousse un soupir et fait une note mentale pour recontacter le nutritionniste qui la suit depuis quelques mois. Il parierait son alliance que sa patiente n'a pas pris un gramme depuis qu'il lui a recommandé de se faire aider dans son alimentation. Il se demande même si elle n'a pas descendu un peu plus sous la barre dangereuse des trente-huit kilos, pour son ridicule mètre cinquante.

"- C'est Jan Saw pour vous, Docteur."

Il lui sourit gentiment. Calée dans le fauteuil, elle reprend doucement contenance et la défensive qui se lit habituellement sur son visage se recompose comme par instinct pendant une brève poignée de secondes. On dirait un chaton, et l'instant d'après, un renard. Ou une belette. Une belette coincée dans des chemisiers indémodablement immaculés et une constante jupe sobre, sombre. Il inscrit dans son carnet que c'est un jour avec. Même si les jours avec ne sont pas forcément bon signe selon lui. Quand il lui a demandé pourquoi, elle lui a répondu que c'était un rituel. Sa façon d'affronter demain. Sa manière de se convaincre que si elle est irréprochable, demain, elle rentrera à la maison. Elle quittera cette île. Elle quittera ce reality show absurde. Chemisier blanc, jupe noire. Un look sage qui lui fait de la peine. Elle ne vit pas. Elle s'est figée.

Les jours sans, il est presque rassuré.

En pulls oversize, moches et négligés, elle l'effraie moins. Elle a l'air plus saine. Plus malheureuse mais plus saine.
Et tant pis si ses lèvres gercées, au lieu de rester pincées, roses et au ton posé, paraissent sur le point de saigner pour hurler, le menton fuyant qui tremble bravement.

"- Jan Saw, bien sûr que tu existes. Et tu le sais. Et la question n'est pas là.

- Je... La question c'est que...

- La question c'est que tu n'as pas la sensation d'exister parce que tu t'échappes, tu évites. Tu n'en as pas envie. Il ne tient qu'à toi de vouloir le sentir."


Il lui prescrit des pilules qu'il sait qu'elle ne les prendra pas. Par orgueil. Mais parfois, après toutes ces consultations à toucher le fond, il a un sursaut d'espoir qu'elle arrêtera de se méfier.
Avec tristesse, il constate ses chevilles et ses genoux bandés.

"- Et la trichillomanie ne t'aidera pas pour ça."

Pour une fois, elle fait mine de l'écouter et cesse de tirer et mâchouiller ses cheveux.

"- Merci Docteur. Juste pour finir..."

Une main sur sa veste, elle lui esquisse un rictus de ses dents inégales, jaunies par le thé qu'il continue de lui proposer.

"- Je me suis mise à l'escalade."


Peut-être qu'il a tort de la penser si fragile pour autant.

Quelle est la pire crasse qu’un ami puisse vous faire ? texte ici.

Comment réagissez vous lorsqu’une situation devient gênante. Racontez-nous votre moment le plus gênant jusqu’à maintenant. texte ici.

Que pensez-vous de cette île en général ? texte ici.

Qu’est-ce qui vous énerve le plus ? texte ici.

Vous en pensez quoi de votre secret ? (écrire en quoi il consiste / si vous voulez que le staff choisisse pour vous) texte ici.

Vous pensez quoi de ces msk d’ouranos ? texte ici.

comment avez vous vécu votre arrivée sur no name ? texte ici.


White

est-ce que vous êtes sûrs de vouloir que je raconte ma vie parce que honnêtement moi je serais vous j'y réfléchirai à deux fois avant de regretter. je veux dire, là vous voyez pas encore la taille des fiches que je fais mais genre, quand on sait que pour un perso fictif là dernière fois mon histoire elle faisait 29 pages word en arial taille 10, vraiment c'est pas prudent de me demander de raconter ma vie à moi, je suis la fille avec qui vous finissez toujours par faire des contre-soirées version salon de discussion platonicien. en plus je suis en train d'écrire une étude sur la dissociation & la transidentité pure, je pense que si je réponds à votre question je vais faire plus long qu'un parchemin de devoir d'histoire de la magie par hermione.
autrement j'espère que vous êtes gentil parce que je sors d'un hiatus forcé de deux ans ou un peu moins, okay juste un an, et là je veux me remettre dans le bain du rp et c'est beaucoup d'appréhension m'voyez.
ah et puis je suis désolée par avance, je risque de faire une fiche un chouïa élaborément longue. je vous rappelle: la dernière, juste l'histoire, tenait en 29 pages.
mais je vais faire un effort. essayer. au moins. (un peu.)
avatar
Messages : 11
age : quatorze
ft : unknown artist
lieu d'habitation : dtc (la politesse mdr)
Ven 27 Jan - 11:30
"BLAME IT ON MONDAYS."
- Votre nom ?
- Jan Saw.
- Jan Saw ?
- Oui.
- Et vos préférences ?
- Notez ".xo", ça suffira.
- Pourquoi ?
- Un point, x et o. En minuscule. C'est important les minuscules.
- D'accord. Votre âge ?
- Quatorze, il me semble.
- Vous n'êtes pas sûre ?
- Qui est sûr de quoi que ce soit, ici ?
- C'est moi qui pose les questions, vous savez.
- Non, je ne suis pas sûre.

/

"Jan Saw".

Après mon réveil, c'est la seule chose qui s'est mise à tournoyer dans ma tête, à force de remuer encore et toujours le vide intersidéral de mes souvenirs. J'en avais eu mal au crâne. J'ai même cru que j'allais me mettre à vomir. Je me suis dit qu'on allait bien finir par m'apporter un Doliprane, au moins pour me féliciter un tant soit peu de cet acharnement.

J'ai eu vite fait d'admettre que cette pensée était composée à 91% d'ironie. Le reste de l'évaluation était un mélange de déception pure et d'agacement.

"Jan Saw".

Au bout d'un temps interminable et indéterminable (et minable. Définitivement minable. J'en étais convaincue.), ce sont les deux uniques mots qui ont consenti à apparaître dans le néant désespéré de la section "Mémoire" de mon esprit.

On aurait cru à un clignotement parfaitement fixe sur la page d'accueil vierge d'un jeu vidéo expérimental.

C'était totalement hipster.

"- Mais quel nom de merde."

/

Dans la rue en contrebas, on entend le ronron des cuisines et les éclats de voix et de rires des clients en terrasse. Si on se penche un peu plus, on peut voir des farandoles colorées suspendues entre les bâtiments, et compter les pavés qui descendent la contre-escarpe. Le centre d'Obéron, à midi, c'est insupportable, il y a des effluves de mets appétissants et impayables partout dans les airs et depuis les fenêtres, nul ne peut y couper.
Alors .xo préfère tenir ses volets fermés à double tour, quitte à devoir se contenter des minces strilles de lumières qui parviennent difficilement à se glisser entre les fentes des battants de bois. Sur le mur blanc, les reflets dansent dans la pénombre, tandis qu'une lézarde coure depuis le plafond. La chaux est fraîche et agréable, et le silence, s'il pourrait sembler étouffant pour certains, l'accompagne elle dans une enveloppe satisfaisante. Elle n'a pas besoin de plus, de toute manière. En face d'elle, l'horloge égrène les secondes avec une monotonie exemplaire.

La pièce est petite. Le studio était une pépite inespérée, avec son prix attractif et sa position dans le quartier. Certes, le bois du parquet grince, quelques lattes s'effritent, le jour se lève souvent avec trop d'agressivité et la salle de bain, au contraire, semble repeinte de jaune à chaque fois qu'on déclenche l'interrupteur... Sans compter que l'évier est trop petit et l'entrée trop étroite, ou même que passé le palier il faut se farcir la terrible faute de goût d'un escalier d'immeuble entièrement recouvert d'une moumoute d'une autre époque... Mais de ce qu'elle en savait, d'autres avant elle s'étaient battus pour cette chambre avec vue imprenable sur la ville et c'était elle, sortie un beau jour de nulle part, que la propriétaire avait choisie, la suppliant presque d'accepter un tarif dérisoire en guise de loyer. Surprise mais trop heureuse de sa bonne fortune, .xo avait haussé les épaules et emménagé le soir même. Elle se doutait bien que la femme avait probablement d'autres motivations mais elle n'osait pas trop remettre en doute sa bonté d'âme au regard de quelque chose ne la concernant pas. Sans trop broncher, elle avait même accordé à titre exceptionnel que celle-ci l'appelle "Cécile", prénom qui paraissait lui tenir à cœur et dont elle ne démordait pas, comme perdue dans un souvenir tendre.

Après une tentative de lutte, .xo s'en était accommodée.

avatar
yo(lo) le rap

Messages : 141
age : 25 y.o.
ft : shiro - voltron / James Franco
lieu d'habitation : Lysithea
présentation : h a t e
Ven 27 Jan - 12:41
piper réserve ta place pour te valider
(elle est pas encore au courant chuuut)
bienvenue bisous
avatar


Messages : 175
age : 69
ft : mon q
lieu d'habitation : ta tombe
Ven 27 Jan - 12:41
Le membre 'Joshua' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé du destin (qui ma' :
avatar


Messages : 113
age : 23 ans
ft : Jinx - League of Legend / Chloé Norgaard
lieu d'habitation : Obéron
présentation : I feel live when I'm close de the madness
Ven 27 Jan - 13:01
PUTAIN JO. PUTAIN. NON MDDRRR. OMG.
Euh euh en tout cas bienvenue hein... j'ai hâte.. de tout lire :) hmmm
Ohhh un papillon...


Everything was blue
His pills, his hands, his jeans
And now I'm covered in the colors
Pulled apart at the seams
And makes me blue
avatar
Messages : 11
age : quatorze
ft : unknown artist
lieu d'habitation : dtc (la politesse mdr)
Ven 27 Jan - 13:40
mais non piper-sama je suis cool et promis mes textes c'est pas aussi barbant que du zola (enfin je crois??)

merci merci pour le groupe wow en tout cas ça résonne comme du soleil ♥♥♥
avatar


Messages : 90
ft : Sangwoo • Killing Stalking
lieu d'habitation : Fengàri
présentation : • under the sea •
Ven 27 Jan - 16:05
/crux
.xo
horcruxe
xoxo
gossip girl
voldemort

kesdonc

(ah oui et bienvenue)
avatar


Messages : 74
ft : keith // voltron
lieu d'habitation : Fengari
présentation : wesh
Ven 27 Jan - 18:21
j'ai hâte de lire ta longue fiche
ton perso m'intrigue so bienvenue <3

(hésite point à venir me chercher si tu galères avec le code)
avatar


Messages : 54
age : c'est une grosse mytho
ft : usagi tsukino ; sm
lieu d'habitation : fengàri
présentation : ♡sugar baby♡
Ven 27 Jan - 21:21
à peine inscrite tu fous déjà la pression aux @ apprend moiiiiii bonsouèr
hâte de lire 20 pages de story pour 6 mois d'existence ihih & bienvenueeee
avatar


Messages : 80
age : 28 ans.
ft : Wolf • the Boy and the Wolf ▬ Z-Pico
lieu d'habitation : Phobos.
présentation : « give me liberty or give me death »
Sam 28 Jan - 14:28
ptin plus plus là.
j'ai trop hâte de savoir la suite !
bienvenue !
on y croit
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dans la gueule du loup
» Coup de gueule sécurité warcraft
» Trombi [fait voir un peu ta gueule!!]
» Un cigare dans la gueule, une arme dans les mains
» une grande claque de poésie dans la gueule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: